In Review: Getting Rid of the Nanny State

Daring to Criticize the “Quebec Model”

Five years after producing her famous pamphlet L’Illusion tranquille (The Quiet Illusion, in reference to the Quiet Revolution) – that didn’t use any public funds – Joanne Marcotte does it again, this time by publishing a book, Pour en finir avec le Gouvernemaman (Getting Rid of the Nanny State). Although libertarians might be left unsatisfied, anyone questioning the pertinence of government intervention in our lives will be glad to read “a concerned citizen who simply wants to understand the Quebec she lives in and to which she can’t find attachment anymore.” Written in a French simple enough that, according to Barbara Kay, anyone with intermediate French skills can understand, and with an abundance of references to classical and modern works, this book will certainly catch your attention.

Overly optimistic people like Jean-François Lisée, who believe that the debt problem isn’t so bad[1] will probably feel depressed by reading this book. Indeed, what Marcotte has to say about her native province is very dark, but unfortunately oh so true. In virtually every page, the reader can see that Quebec amounts to a society where citizens have almost completely abandoned their responsibilities to the Nanny State- a well-intentioned Leviathan who wants to protect our welfare, and even protect us from ourselves. Let’s just think about a recent declaration from Claude Castonguay (the father of Medicare in Quebec), who suggested to impose RRSP (registered retirement savings plan) because people don’t know enough about savings.  Even if this were true, these actions are rather rational, even encouraged in our society. In an indirect quote from Ludwig Von Mises – she admitted not knowing about the Austrian School – Marcotte reminds people that social democracies are all about good intentions rather than economic calculations of their actions. That’s probably why the elderly, whose financial mean are usually limited, pay only 38% of their medication bill, while consuming 60% of all prescribed medication. The rest of the population pays, as usual.

This “Quiet disempowerment” doesn’t only affect private citizens. Marcotte doesn’t forget about corporate welfare by showing that Quebec businesses are the ones in Canada taking advantage of the most generous subsidies and the most numerous help programs. In fact, according to her research, every three entrepreneurs could have access to one help program by 2018! Are they this incompetent that they desperately need a public crutch?!She rightfully thinks that this creates unfair competition. And corporations benefiting from subsidies have no advantage to make it end; after all, they are comfortably protected thanks to an influx of tax dollars.

This superstructure is approved of by small, well-organized lobbies; mainly labour unions. This well-organized minority – as opposed to the rational silent majority[2] – mobilizes itself whenever its privileges are under attack. Let’s just think about those “days of disturbance” organized after the Charest government promised to re-engineer the State – supposedly diminish its size – after his election in 2003.  After these demonstrations, as it was mentioned in L’Illusion tranquille, Charest toed back in line in order to preserve “social peace”. As a result, there are more bureaucrats in the various ministries and more administrators than doctors in hospitals than ever before. Since each lobby proposal only cost “a few” pennies, the majority simply doesn’t have the time nor the interest to act; thus conceding liberty to wilful ignorance.

In order to quiet anyone who would dare to criticize the sacrosanct Quebec “model,” its supporters resort to simply labeling such people as Quebec bashers.  Let’s just remember the emotion created by Macleans’ when it said that Quebec was the most corrupt province of the country – which, just by looking at construction, is the hard truth – or by Maxime Bernier when he dared to state the obvious fact: Quebec is a spoiled child of equalization payments and always wants more. This is why Charest increased the QST (Quebec sales tax) rather than electricity rates.  This way, Quebec can keep a huge chunk of its Canadian welfare.

Interesting Solutions that Don’t Go Far Enough

After an impressive collection of facts and critics, each one truer than the other, Marcotte ends her book with a dream of what her ideal Quebec would look like in 2025. The ideas she brings forward are bold and certainly against the tide from the self-appointed left-wing elites.  Her list includes deregulation of mass transit, abolition of school boards and regional health authorities – giving more powers to local authorities –, the end of labour union corporatism in the school system and a massive return of exiled Quebeckers, just to name a few.

However, her program doesn’t go far enough. Indeed, although Marcotte’s Quebec has finally embraced the free market, it doesn’t do so enough. She seems to imply that some public monopolies (electricity with Hydro-Québec, lotteries with Loto-Québec and alcohol with the SAQ) still exist. Therefore, domestic electricity prices are still artificially low, government still uses lottery revenues to expand and alcohol is still more expensive than it is in Alberta, in addition to artificially high wages for retail. Also, although she wants to put a cap on public subsidies for artists, she still approves of them. I have to object to this point: whatever cannot survive without government intervention has to be left dying. After all, Félix Leclerc, Lucy Maud Montgomery and Gabrielle Roy all started their careers without public funds, and we still talk about them today. If one is confident that one’s product will be popular and be sold, be it a new gadget or a poem, then one will succeed.  Finally, she often mentions that the State has moved away from its essential mission to which she doesn’t mention it. Hopefully, it’s not what the State has become in practice, i.e. a tool of plundering and division.

Despite the lack of a truly libertarian view, I would still warmly recommend this book. Too few people have Marcotte’s courage of exposing what is wrong with Quebec. She doesn’t spare anyone: unions, artists, politicians, and a generalized culture of disempowerment and no-fault.  Fortunately, if the surveys she quotes are any indication, many people, especially generations X (1960-1979) and Y (1980-1999) are realizing that the government owns a Cadillac while it can only afford a Lada. May Pour en finir avec le Gouvernemaman inspire other authors, and maybe even politicians, so that La Belle Province can finally get out of the bottom of economic indicators!


      http://www2.lactualite.com/jean-francois-lisee/notre-dette-est-brute-mais-moins-brutale-quailleurs/8145/

[1]    BÉLANGER, Gérald. L’Économique de la santé et l’État providence, Les Éditions Vara, Montréal, Québec, 2005, p.141-142


French Translation

Pour en finir avec le Gouvernemaman : le début d’une réflexion intéressante

Cinq ans après avoir produit son célèbre pamphlet L’Illusion tranquille, une sévère critique du supposé « modèle québécois » (qui n’a reçu aucune subvention), Joanne Marcotte récidive avec un livre, Pour en finir avec le Gouvernemaman. Bien que les libertariens risquent de rester sur leur faim, les personnes qui se questionnent sur la pertinence de l’intervention des gouvernements dans nos vies seront ravis de trouver une « citoyenne engagé qui tente tout simplement de comprendre le Québec qu’elle habite et qui ne s’y reconnaît pas », probablement comme plusieurs d’entre vous. Écrit dans un français facile à comprendre et accompagné de nombreuses références passées et présentes, le livre se dévore avec appétit.

Les jovialistes à la Jean-François Lisée, qui affirme que la dette n’est pas « si pire »[1], risque de broyer du noir. En effet, le portrait que trace Mme Marcotte du Québec est très sombre, mais (malheureusement) ô combien réaliste. Presque à chaque page, on s’aperçoit que le Québec moderne ressemble à peu près à ceci : une société où les citoyens ont presque complètement abandonné leurs responsabilités au gouvernemaman, ce Léviathan qui vise à assurer notre bien, voire même nous protéger de nous-mêmes. Pensons seulement à cette déclaration de Claude Castonguay, qui voulait imposer un RÉER (épargne retraite) parce que les gens ne connaissent pas assez bien l’épargne… Même si c’était vrai, force est de constater que ce comportement est plutôt rationnel, voir même encouragé dans notre société. En effet, dans une citation indirecte de Ludwig Von Mises – elle m’a avoué ne pas connaître l’École autrichienne –, l’auteure rappelle que les sociale-démocraties ont tout dans les bonnes intentions, rien dans le calcul des couts économiques de leurs actions. Cela explique pourquoi les plus grands consommateurs de médicaments – les gens âgés, à hauteur de 60 % – ne paient que 38 % de la facture.

La déresponsabilisation tranquille ne touche pas seulement les citoyens. Elle ne manque pas au passage de dénoncer vivement les entreprises qui profitent des plus généreuses subventions et des programmes d’aide les plus nombreux au Canada. En fait, selon ses recherches, il pourrait y avoir, d’ici 2018, un programme d’aide pour chaque trois nouveaux entrepreneurs! Elle affirme, avec raison, que ces entreprises font de la concurrence déloyale. Et elles n’ont pas intérêt à ce que ça change; après tout, elles sont bien au chaud dans leur duvet doré aux frais de la princesse (les contribuables).

Cette superstructure est supportée par des petits groupes de pression bien organisés, notamment les syndicats. Cette minorité bien organisée – contrairement à la majorité rationnellement silencieuse[2] – se mobilise à la moindre attaque de leurs privilèges. Rappelez-vous un peu les journées de perturbations organisées suite aux promesses du gouvernement Charest de faire un peu de ménage dans l’administration … Suite à ces manifestations, tel qu’on le mentionnait aussi dans L’Illusion tranquille, le gouvernement est rentré dans les rangs afin de préserver « la paix sociale ». Résultat : il y a encore plus de fonctionnaires dans le gouvernement et de cadres dans le domaine de la santé que jamais auparavant. Comme chaque mesure ne coutent « que » quelques sous par électeurs, la majorité n’a pas intérêt à protester…

Et afin de taire les critiques du sacro-saint « modèle » québécois, on se charge sur-le-champ de dénigrer quiconque ose le remettre en question. On n’a qu’à penser à l’accueil réservé à cet article de Macleans’, qui accusait le Québec d’être la province la plus corrompue – on se rend compte que c’est vrai – ou à cette sortie du député fédéral de Beauce Maxime Bernier qui osait affirmer l’évidence, soit que le Québec est un enfant gâté (par la péréquation) et qu’il en demande toujours plus. C’est sans doute ce qui explique pourquoi le gouvernement a augmenté la TVQ et non les tarifs d’électricité. Ainsi, le Québec peut garder presque 50 % de l’aide sociale canadienne.

Des solutions intéressantes, mais qui ne vont pas assez loin

Après une impressionnante collection de constatations et de critiques toutes plus justes les unes que les autres, Joanne Marcotte termine son livre sur un rêve : à quoi pourrait ressemble son Québec idéal en 2025. Elle y présente des idées audacieuses qui vont très certainement à contre-courant des idées de notre intelligentsia : déréglementation du transport en commun, abolition des commissions scolaires et des agences de santé (ce qui donne plus d’autonomies aux établissements), fin du corporatisme syndical dans les écoles et un retour massif des exilés, pour ne nommer que ces points.

Toutefois, son programme ne va pas assez loin. En effet, bien que le Québec de Joanne Marcotte embrasse plus de libre-marché, il ne le fait pas assez. Elle semble sous-entendre que les monopoles publics (Hydro-Québec, Loto-Québec, SAQ) existent encore. Ainsi, l’électricité locale continue d’être vendue à perte, le gouvernement continue de monopoliser le jeu et s’approprier les profits pour s’engraisser, et l’alcool continue d’être vendue plus chère qu’en Alberta, sans compter des employés surpayés pour du commerce de détail. Ensuite, bien qu’elle limite l’octroi de fonds publics, elle continue de supporter les subventions culturelles pour compenser la petitesse du marché. Je dois m’inscrire en faux contre cette affirmation. Si quelque chose ne peut survivre sans aide gouvernementale, alors ça ne mérite pas de vivre. Après tout, Gilles Vigneault, Pauline Julien, ou même Gabrielle Roy et Félix Leclerc ont commencé leur carrière sans aide gouvernementale, et ils s’en sont très bien tiré! Si on a confiance que notre produit se vendra, que ce soit un meuble ou un poème, alors il se vendra. Enfin, elle mentionne souvent que l’État s’est grandement éloigné de ses missions essentielles… quelles sont-elles? Elle n’en parle pas.

Malgré tout, je recommande chaudement ce livre. Peu de personne ont le courage qu’a eu Joanne Marcotte d’exposer au grand jour ce qui va mal au Québec. Et elle n’épargne personne : syndicats, artistes, politiciens, une culture apparemment généralisée de déresponsabilisation et de no-fault … Heureusement, si l’on peut se fier aux sondages qu’elle cite, les gens, et particulièrement les générations X (1960-1979) et Y (1980-1999), se rendent compte que l’on ne peut plus se permettre de rouler en Cadillac alors qu’on ne peut se payer qu’une Lada. Puisse Pour en finir avec le Gouvernemaman inspirer d’autres auteurs, et peut-être même des politiciens, afin que le Québec puisse finalement se sortir des bas-fonds des statistiques économiques!



[2]    BÉLANGER, Gérald. L’Économique de la santé et l’État providence, Les Éditions Vara, Montréal, Québec, 2005, p.141-142

Tags: ,

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.